Fédération Suisse des Parlements des Jeunes

« Permettre la participation des jeunes dans les communes »

Coup d’oeil sur la pratique : les défis et les facteurs de réussite de l’enabling (« rendre possible ») de la participation des jeunes dans les communes.

En collaboration avec la Haute école de Lucerne, la FSPJ a mené en 2020 et 2021 un projet de recherche intitulé « Permettre la participation des jeunes dans les communes ». Ce projet de recherche vise à mieux comprendre le travail des personnes chargées par les communes d’initier, de promouvoir et d’accompagner la participation des jeunes, par exemple les animatrices et animateurs de jeunesse ou les représentantes et représentants communaux. Des recommandations d’action pour surmonter les défis potentiels ont été élaborées sur la base des résultats du projet. L’objectif est d’améliorer durablement la participation des jeunes et des jeunes adultes à la vie au sein des communes.

suivre le lien vers la page de la Fédération Suisse des Parlements des Jeunes >

 

Extraits de la brochure :

Qu’est-ce que la participation des jeunes ?

La brochure s’inspire de la définition de la participation, qui se réfère à l’implication des individus dans les processus de décision et de formation de la volonté. L’accent sur l’implication dans les processus de décision renvoie à la signification de l’effet à long terme de la participation : la « vraie » participation vise à prendre des décisions dans certains domaines qui auront un réel impact sur les participant-e-s. Cela signifie que la participation permet de négocier des éléments qui affectent également les possibilités de façonner son mode de vie ; la participation est donc une autodétermination et une codécision. Les jeunes participent déjà dans un certain nombre de domaines de la vie sans le soutien des adultes. Il est crucial de reconnaître cette participation indépendante en tant que telle et de la valoriser.

 

Pourquoi la participation des jeunes ?

La participation est un moyen d’impliquer dans des processus politiques qui les concernent des personnes qui ne disposent pas de possibilités adéquates de participation, d’implication ou de codécision. Il s’agit donc d’amélioration des processus démocratiques et de légitimation des projets. L’intégration des jeunes dans les projets permet aux décideur-se-s de disposer de meilleures bases de décision, d’une plus grande ergonomie et d’une identification et d’un engagement avec les projets et les programmes. Pour ce faire, ils et elles doivent céder une partie de leur pouvoir, dans la mesure où il ne s’agit pas de participation fictive. Cette fonction de légitimation et d’intégration de la participation des jeunes peut s’étendre de l’information à la coopération selon le degré de participation. Outre la dimension de légitimation et d’intégration, on peut également citer la formation politique. Il s‘agit de faire en sorte que les jeunes acquièrent des compétences démocratiques par le biais de processus de participation.

 

Brochure – Permettre la participation des jeunes dans les communes

Partager :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin